vendredi 26 septembre 2008

♠♠♠ Le Web 2.0 est-il contre la culture ?


Le culte de l’amateur : Comment Internet détruit notre culture par Andrew Keen aux éditions Scali, 2008 004.678 KEE


Ce n'est pas un coup de coeur mais un ouvrage polémique sur les conséquences d’Internet sur la Culture.




Il y a encore quelques années, l’auteur était l’un des promoteurs de la révolution Internet de la Silicom Valley. Aujourd’hui, l’évolution d’Internet et la révolution du Web 2.0 sont pour lui responsables de la mort de la Culture.

Le Web 2.0 se caractérise par une évolution du Web qui permet désormais aux utilisateurs d’échanger et de générer du contenu. La génération Web 2.0 est celle de Youtube, des blogs, de MySpace ou de Wikipédia.
Pour Keen, sous couvert de démocratisation, le Web 2.0 valorise l’amateurisme, «singe savant » propagateur d’informations anonymes, erronées, de rumeurs, de créations nombrilistes et médiocres, aux dépens de l’expert ou du professionnel, qu’il soit musicien, vidéaste, écrivain ou journaliste. Le Web 2.0 est ainsi responsable, selon lui, de la mort des disquaires, de la crise de la télévision et de la radio et du déclin des journaux. Pour Keen, le Web 2.0 ne génère pas une nouvelle forme de culture mais, sous couvert de gratuité et de démocratie, devient un simple espace publicitaire lucratif pour les autres industries.

Personnellement je trouve que Keen, interviewés par Libération en août 2007, est trop radical dans sa critique, manichéen et réducteur dans sa vision. Il n’y a pas d’un coté la bêtise et l’amateurisme et de l’autre des professionnels indépendants qui généreraient toujours la vérité et la qualité.

Sur l'ouvrage de Andrew Keen et le Web 2.0 il est intéressant de consulter le blog du journaliste et auteur Francis Pisani qui relève et analyse différentes opinions critiques sur le rôle d'Internet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire