samedi 22 novembre 2014

Exposition Yves Noblet : L'empreinte du paysage

Exposition de peintures et gravures D'Yves Noblet à la médiathèque de Quimperlé.

Du 21 novembre 2014 au 13 février 2015.

Né en 1949 à Riec-sur-Bélon, Yves Noblet a fait ses études à l’École des Beaux Arts de Lorient puis à l'Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris. Il a fondé avec deux peintres : Patrick Le Corf et Guy Le Meaux l'Ecole de Lorient. Son atelier est à Congis-sur-Thérouanne (Seine-et-Marne) où il réside.

L’exposition présente une suite d’œuvres sur le thème du littoral autour de Porsac’h, et celui des rives de la Laïta. La force âpre des falaises abruptes, la densité des granits sombres, le blanc de l’écume et des ciels, la courbe des anses, les pentes s’impriment dans la rétine. Dessins et gravures sont réalisés sur nature, et parfois retravaillés à l’atelier. Ces études sont ensuite approfondies à la peinture à l’huile qui permet de multiples reprises.

Yves Noblet par Patrice Betbeder, 2012


"Je réalise des séries pour affirmer mon dessein et dépasser l’idée première souvent trop restrictive ; peindre pour exprimer la sensation, l’empreinte des lieux, celle du paysage. Alors de grandes simplifications formelles s’imposent pour dire avec le noir et le blanc , quelques ocres ou autres couleurs, la lumière « d’ici ».
"Enfance – Les premières peintures vues se trouvaient exposées en vitrine à Quimperlé. Paysages à grands ciels d’un bleu limpide. Sous-bois ocre dans une lumière voilée. J’appréciais la façon de faire « entrer » de grands espaces naturels dans un petit rectangle blanc tout plat, à l’aide de couleurs vivement brossées. C’est alors que je me suis essayé à peindre des paysages de jardin, puis les rives du Dourdu et ses eaux sombres qui étaient aussi les lieux de mes jeux d’enfant. Passé par l’Ecole des Beaux-arts de Lorient et de Paris, je poursuis depuis des années ce qui est devenu une quête sans avoir oublié ces premiers essais, ces premiers regards
Le dessin, la gravure sur zinc ou cuivre et la peinture à l’huile sont les moyens plastiques que j’utilise pour aborder le paysage, la figure ou la nature morte.
Des études du corps et de la nature morte jalonnent également cette quête. La série des conques - labyrinthe du temps et de la mémoire - commencée en 1980 se joue des apparences en déclinaisons colorées, et c’est un perpétuel questionnement plastique qui semble ici, comme ailleurs, unifier l’expression picturale." Yves Noblet mai 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire