mercredi 13 janvier 2010

Classe de lutte


Projection du film "Classe de lutte" du groupe Medvedkine , 1969
Samedi 30 janvier à 15 h
Salle d'exposition - Entrée libre - Ouvert à tous.







Pourquoi ce nom "Groupes Medvedkine" ?

Réponse de Chris Marker:

« Un train, un homme qui mettait le cinéma « entre les mains du peuple » (comme Medvedkine nous le dirait lui-même plus tard), cela avait de quoi faire rêver un demi cinéaste égaré dans cette jungle où le professionnalisme mondain et le corporatisme se rejoignent pour empêcher le cinéma de tomber entre les mains du peuple. J'ai donc passablement brodé sur le thème du « ciné-train », pour découvrir, en rencontrant Medvedkine, que tout ce que j'avais inventé était encore très au-dessous de la réalité.
On se demande quelquefois ce qui a décidé un groupe d’ouvriers français, débutant précisément dans cette difficile entreprise de prendre le cinéma entre leurs mains, à choisir de se baptiser Groupes Medvedkine. Je suis heureux d’apporter pour la première fois une réponse historique à cette importante question. C’est
exactement au moment où, racontant le ciné-train à Besançon en 67, l'année des grandes grèves, dans la cuisine de René Berchoud en compagnie de Georges, de Yoyo, de Daniel, de Pol, de Geo et de quelques autres, que j’ai cité Medvedkine : nous emmenions avec nous des cartons déjà tournés, pour insérer dans les films. Et il y en avait un que nous prenions en bobines entières, parce qu'il servait toujours, dans tous les films. Celui qui disait : « CAMARADES, ÇA NE PEUT PLUS DURER ! » »


Chris Marker

(cité dans « Le ciné-Ours - Revue du Cinéma - Image et Son », n°255, décembre 1971)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire