vendredi 31 juillet 2020

Coup de Coeur Témoignage : Trente ans de cavale, ma vie de punk de Gilles Bertin ♥♥♥

18 novembre 2016,c'est par une nuit sans sommeil que commence cette journée, 4 heure du matin, un autre réveil en douleur, la décision a été prise depuis de nombreuses semaines , tenter de ne pas se laisser submerger par la tristesse. Le sac est déjà prêt, juste le stricte minimum, sous vêtements, serviette, pull chaud et quelques livres pour tromper l'ennui des premières heures en cellule, quitter sa compagne, quitter son jeune fils...

C'est comme cela que débute l'histoire de Gilles Bertin, figure de la scène Punk bordelaise et nationale avec son groupe Camera Silens dont le nom fait référence aux cellules d'isolements "spéciales" utilisés par la police pour l'incarcération des militant(e)s de la RAF, de L'IRA ou en encore d'ETA.

L'aventure commence dans les années 80, "les années Dingues" comme ils les nomment lui même, loin de cette France en pleine effervescence consumériste et de la musique qui va avec. Pour Gilles, c'est plutôt l'envers du décors, les années zone, les années squats, et bien sur la musique, avec rage et révolte : le Punk et la Oi bien évidement.

La formation devient l'un des groupes phares de la scène alternative française, c'est aussi un temps de galère qui lui vaudra d’ailleurs un premier séjour en prison pour vol de matériel de sonorisation, c'est aussi les années "shooteuses" où l'on se partage les seringues et les saloperies qu'elle contiennent, la double mort...

Puis c'est la chute dans le banditisme, et un braquage, du lourd, la Brink's de Toulouse, avec une partie de la bande de potes, de membres d’extrême gauche, d'anciens d'ETA, sans morts, sans coups de feu, l'équivalent de 2 millions d'euros, la plupart des protagonistes arrêtés en deux ans sauf Gilles Bertin, qui fuit en Espagne puis au Portugal. une cavale de 28 ans qui se solde par sa reddition le 18 novembre 2016...
Le récit brut d'une trajectoire hors norme, la génération "No Future"

Empruntez Trente ans de cavale, ma vie de punk de Gille Bertin T BER (dispo?)





Aucun commentaire:

Publier un commentaire